mardi 18 juin 2019

Zoroniak Bizi !

Bayonne : 150 activistes climat occupent un supermarché ouvert le dimanche

 150 personnes ont occupé un supermarché à Bayonne pour dénoncer le travail le dimanche, à l'occasion du week-end des 10 ans du mouvement Bizi qui œuvre depuis 2009 en Pays Basque sur les terrains de l'urgence climatique et de la justice sociale.

 Répondant ce dimanche 16 juin à 10H00 à un appel parodique d'Emmanuel Macron dont le texte était distribué par tract, les activistes de Bizi sont venus passer leurs loisirs dominicaux traditionnels à l'Intermarché situé Chemin de Hayet à Bayonne : grasse matinée, parties de quilles ou de pétanque, jogging et randonnée, rollers et vélo, pèche à la ligne ou baby foot, badmington ou farniente, apéritif et pique-nique. Les rayons du supermarché ont ainsi été le théâtre de scènes toutes plus cocasses les unes que les autres, destinées à dénoncer la précarisation et marchandisation croissantes de nos vies et de nos sociétés. Bizi entendait également remettre en cause la spirale infernale du travailler plus-consommer plus, et donc polluer plus, qui revêt un caractère dramatique aujourd'hui où tous les grands équilibres écologiques de la planète sont au rouge.
Reprendre possession de nos vies
    Cette action faisait écho à une autre menée par Bizi en 2009, occupant déjà le même Intermarché qui venait alors de commencer à ouvrir le dimanche. « Nous posions alors la question : à quand l'ouverture des supermarchés la nuit ? » a déclaré Dominika Durruti, porte-parole de Bizi, qui a déploré que « dix ans après, cela commence à être chose faite. Plusieurs supermarchés ont commencé à ouvrir également toute la nuit, dont un Casino à Mérignac en Gironde, depuis février 2019. Renoncement après résignation, toutes les digues cèdent, et nous tirent vers le bas, après un siècle de progrès social dues à l'engagement et aux luttes de nos ancêtres. »

 Bizi, déjà 10 ans




  Cette action clôturait trois jours de fête et de rencontres auxquelles ont participé plus d'un millier de personnes au total à Bayonne, pour marquer le dixième anniversaire de l'association Bizi, qui a entre autres choses créé le mouvement Alternatiba, co-fondé les dynamiques d'ANV-COP21 ou des faucheurs de chaises contre l'évasion fiscale, contribué à la naissance de diverses alternatives concrètes comme celle de la monnaie locale basque, écologique et solidaire Eusko… Plusieurs conférences, notamment avec Geneviève Azam, Corinne Morel Darleux, Joseba Azkarraga ou Alazne Intxauspe Elola ont rythmé le week-end, ainsi que diverses prises de parole d'organisations partenaires de Bizi pendant ces 10 dernières années. Parmi celles et ceux qui ont ainsi adressé leurs félicitations et encouragements au mouvement Bizi, on a ainsi pu entendre Khaled Gaiji, président des Amis de la Terre-France, Amaia Muñoa et Mitxel Lakuntza du syndicat ELA, Fanny Delahalle de la coordination européenne Alternatiba / ANV-COP21, Serge « Poupi » du Village Emmaus Lescar Pau ou encore Victor Pachon, porte-parole du CADE.

vendredi 3 mai 2019

La reprise du Capitole !

Alors que la place du Capitole était interdite à toute manifestation depuis des semaines , la preuve a été faite mercredi 30 avril , que les citoyens pouvaient se réapproprier la parole en tous lieux  !



Une action surprise , minutieusement organisée .

Ce qu'en dit la Dépêche . et BFM TV ( des médias de référence ! )

Pour une info plus complète et moins partiale :

L'action vue de l'intérieur .





jeudi 2 mai 2019

Fred Vargas : L'humanité en péril


Ce n'est malheureusement pas une oeuvre de fiction .

A découvrir ( en zappant éventuellement les 85 premières secondes ) .


dimanche 21 avril 2019

La Défense bloquée toute la journée par les activistes du climat





L’opération « Bloquons la république des pollueurs » s’est révélée d’une ampleur inédite. Vendredi 19 avril, plus de 2.000 activistes écologistes ont bloqué les sièges d’EDF, de la Société Générale et de Total à la Défense, ainsi que le ministère de la Transition écologique. C’est la plus grande mobilisation de désobéissance civile non violente jamais organisée en France. Récit en mots et en images.

- La Défense (Hauts-de-Seine), reportage
Vendredi peu avant 9 h, [des activistes ont bloqué les entrées de trois différentes entreprises , à La Défense — EDF, Société générale et Total — ainsi que le ministère de la Transition écologique. Tandis que certains se sont assis, en « chenille », devant les portes et à l’intérieur des bâtiments, des colleurs ont entrepris de décorer l’espace et de taguer le sol, avec des slogans. « Macron, président des pollueurs », pouvait-on lire un peu partout.

-Lire ici notre récit détaillé et chronique durant la journée de vendredi Lire ici notre récit détaillé et chronologique durant la journée de vendredi

Des portraits présidentiels, réquisitionnés par dizaines depuis le 21 février dans les mairies par les activistes d’Action non-violente COP21 (ANV-COP21), afin de dénoncer le vide de la politique climat d’Emmanuel Macron, ont également fait leur apparition. Ils ont été placés à l’intérieur et à l’extérieur des tours, « afin de symboliser les réels lieux de pouvoir en France ». Des affiches du président de la République ont également été accolées à des écrans publicitaires. La peinture et la
colle utilisées pour cette transformation visuelle de l’espace étaient bios, ont assuré les activistes.




« La République des pollueurs, a déclaré à Reporterre la porte-parole d’Alternatiba Pauline Boyer, c’est l’alliance toxique entre les grands patrons des entreprises les plus polluantes et le gouvernement qui verrouille la lutte écologique et reste sourd à la mobilisation. Il est temps de faire de la désobéissance de masse. Tant que la politique du gouvernement se fera sous la pression des lobbies, Macron sera président de la “République des pollueurs” et on sera là pour lui barrer la route. » L’action a été pensée et organisée par Greenpeace France, Les Amis de la Terre, Alternatiba et ANV-COP21.

« La Société générale, c’est la dernière banque à financer les gaz de schiste »

Alice, 29 ans, faisait sa première action de désobéissance civile. En « chenille », elle bloquait une des entrées de la Société générale avec une dizaine d’autres personnes au moment où on leur a annoncé la « bonne nouvelle », autour de 9 h 30 : « Toutes les cibles visées ont été atteintes et des personnes se trouvent dans chacun des bâtiments visés. »




 Les activistes ont redécoré les lieux avec des affiches, des banderoles et des portraits présidentiels « réquisitionnés ». © NnoMan/Reporterre


Très vite, les policiers sont arrivés sur place, mais sans pouvoir empêcher les blocages. Quelques gaz lacrymogènes ont été envoyés, mais aucune action d’évacuation n’a été lancée dans la matinée. Les médiateurs, aussi appelés « peace keepers », avaient pour mission d’échanger avec les salariés des entreprises bloquées, et de leur expliquer l’action. Certains employés se sont montrés solidaires, d’autres très énervés. « La majorité d’entre eux étaient d’accord avec le message de notre action mais pas avec la méthode de blocage, nous a raconté Marc, devant la Société générale. Ils trouvent que c’est toujours la Société générale qui prend alors qu’il y a d’autres banques. C’est vrai, mais c’est la dernière banque à financer les gaz de schiste. Quand on leur a dit qu’on est aussi présents à EDF, à Total et au ministère, ils se sont détendus. Certains, des jeunes surtout, nous ont même dit merci. » À 10 h, les chanteurs HK et Kalun ont donné des concerts sous le soleil, devant EDF et la Société générale, participant à détendre l’ambiance.





Jon Palais, l’un des porte-parole d’ANVCOP21, a précisé à Reporterre le choix des « cibles » :
On bloque le siège de la Société Générale, la banque française numéro Un des énergies les plus sales. On bloque le siège de Total, qui fait partie des vingt entreprises les plus émettrices de CO2 au monde, et qui continue une logique extractiviste des énergies fossiles. On bloque le siège d’EDF, dont le mix énergétique, 10 % de renouvelables pour 70 % de nucléaire, ne permet pas de relever le défi climatique. Et on bloque le ministère de la Transition écologique et solidaire, qui est le complice de ces politiques des multinationales, puisqu’il autorise des projets qui vont totalement à l’encontre de tout ce que recommandent les climatologues : il autorise l’importation d’huile de palme par Total, ce qui va aggraver la déforestation donc le dérèglement climatique. Il autorise le projet de la Montagne d’or en Guyane qui va entraîner de la déforestation. Il autorise de grands projets d’infrastructure comme le Grand contournement ouest de Strasbourg. »
Vous pouvez relire nos articles sur ces différentes entreprises :

mardi 9 avril 2019

Fêtons la belle énergie !


Rendez-vous samedi 13 avril pour une journée festive où l’énergie coopérative, locale et citoyenne sera à l'honneur. Ensemble, fêtons la belle énergie !

Programme de la journée :

  • 11h15 : visite du parc et inauguration officielle
  • 13h : repas partagé : chacun-e apporte de quoi se restaurer et nous partageons avec nos voisin-e-s
  • 14h : - animations sur l'énergie pour les enfants, animées par les Petits Débrouillards
    - atelier pré-AG* pour les plus grands
  • 16h : spectacle clownacrobatique avec la Gadjolita
Lieu de rendez-vous :
  • Lieu-dit Espalmade, 31550 Cintegabelle (croisement entre chemin d'Espalmade et la D820). En cas de mauvais temps nous aurons une solution de repli pour le repas et les activités de l'après-midi, la salle des Baccarets (en face du cimetière).
Privilégions les transports en commun (la gare de Cintegabelle est à 2,2 km du parc) et le covoiturage : rendez-vous sur Mobicoop.
(non obligatoires mais cela facilite l'organisation ;) )
--- --------- ---------- ---
*Atelier pré-AG : Les activités d’Enercoop Midi-Pyrénées s’inscrivent dans la vision et la stratégie définies dans le Plan d’affaires social, élaboré pour la création de notre coopérative en janvier 2015. Depuis, le paysage énergétique a évolué, nous incitant à réviser notre Plan d’affaires social. Un groupe de travail, formé par le Conseil d’Administration et les salariés de la coopérative, élabore un nouveau document afin de le présenter à l’ Assemblée Générale du 25 mai à Brens (près de Gaillac dans le Tarn). Afin d’impliquer les sociétaires et proches d'Enercoop Midi-Pyrénées dans cette démarche, des ateliers sont organisés en amont de l’AG dans les départements.


> Revivez les avancées des travaux (explications et photos) : le parc solaire d’Espalmade.
> Le parc solaire d’Espalmade est le second parc développé par Enercoop Midi-Pyrénées. Pour en savoir plus sur notre démarche : nos parcs solaires.
> Voir l’évènement facebook

mercredi 3 avril 2019

Compasso - Vavilov

Une production maraîchère bio en rupture avec l'environnement mercantile...
 
Inspiré du modèle Gartencoop opérationnel à Freiburg ( Allemagne ) depuis 2011 , le projet Compasso - Vavilov cherche à s'installer dans notre région .



A découvrir et à discuter le Dimanche 14 Avril à 17h au cinéma l'Oustal en compagnie de membres du Collectif Compasso - Vavilov qui cherche à s'installer dans notre région et de Jimmy Ribeiro maraîcher de l'Amap des Cassagnous.